5.10.15

Sombre ducasse

Vient de paraître
Sombre ducasse
version numérique augmentée
Les éditions QazaQ rééditent mon premier recueil paru en 1988 aux éditions de la Station Underground d'Emerveillement Littéraire. L'édition originale de l'époque avait été imprimée à 30 exemplaires sur une imprimante à aiguilles reliée à mon premier ordinateur. Elle comprend des textes écrits pour la plupart entre 1966 et 1986.
Voici ma préface à cette édition rénovée :

Comme si c’était aujourd’hui…
Encore dans l’oreille, le crépitement de l’imprimante à aiguilles raccordée à mon premier ordinateur, boustrophédon de la tête crachant l’encre noire sur le papier qui se déroule et retombe en accordéon.
Des textes écrits entre 1958 et 1988, bribes de l’enfance, révoltes  adolescentes, expérimentations, inventions de l’âge adulte. Tous ces poèmes envoyés par La Poste et publiés une première fois dans les revues de l’Underground, puis rassemblés et ordonnés en un premier recueil. Fais-le toi-même !
Sombre ducasse, comme un roman noir de Goodis redécoupé par Burroughs.
Sombre ducasse, comme une kermesse sous un ciel d’orage.
Sombre ducasse, comme la danse sépulcrale du pou de Lautréamont.
De nos jours, l’imprimante est laser ou 3D, l’encre est numérique, la revue est un blog, la maison d’édition est un site, l’underground poétique se tweete et retweete.
Tout est faux. Rien n’a changé. Communication croissance consommation contrôle. Standardisation du citoyen-citadin-conso-mateur. Les prévisions météorologiques restent sombres avec des flaques de lumière ici et là, maintenant ou ailleurs : zestes de drogue sexe & rock’n roll, prose bop spontanée à l’assaut des slogans par la méthode cut-up -coupé collé découpé décollé-, poèmes ready-made express, mixages verbaux monstres, profusion et désinvolture gaie de la langue, délire de la lyre, notes sur le décor moderne et son éparpillement, mysticisme punk rustique, auto-dérision et zéro nostalgie.
La formule individu brille magnifiquement dans le noir.


L'ouvrage de 96 pages est disponible ici en epub ou en pdf
Voici le début du livre :

... des jours et des jours et des nuits et des nuits
que je flotte dans l'espace sans pouvoir rejoindre
mon vaisseau...
Ce matin, il a de nouveau gelé autour de moi ;
l'air commence à se vicier dans mon scaphandre ;
'serait temps que j'arrive ailleurs,
mes doigts s'engourdissent,
je mets parfois plusieurs jours pour écrire un poème.
Je n'ai plus de mémoire.
Combien de fois j'ai laissé bouillir le café ces derniers kilomètres ?
posted by Lucien Suel at 10:23 0 comments